Close the camps – Le drame des migrants, otages dans le désert du Sinaï
Contribuez !Carte des pays
AR EN ES FR 

Le drame des migrants, otages dans le désert du Sinaï

Traduire en : AR
Carte mise en ligne le 21/11/2016

Portfolio

  • Le drame des migrants otages dans le désert du Sinaï Le drame des migrants otages dans le désert du Sinaï

Commentaires

Le long de ces routes migratoires, les migrants sont exposés à de nombreux risques :

Les trafics d’êtres humains, qui ont lieu entre le Soudan et le Sinaï ont commencé en 2007, mais c’est surtout depuis 2009 que les témoignages d’exactions ont commencé à vraiment se multiplier. Kidnappées au cours de leur périple ou vendues par des passeurs véreux, les victimes n’ont pas d’autre choix que de payer si elles veulent s’en sortir. 95% des “prisonniers” sont des hommes d’origine érythréenne. Reclus dans de véritables camps de torture, les « prisonniers » sont enchaînés les uns aux autres et entassés dans des petites pièces dans des conditions inhumaines. Leurs ravisseurs les forcent à appeler par téléphone leur famille pour réclamer une rançon exorbitante pouvant parfois atteindre les 50 000 dollars.

Le viol est l’une des tortures le plus souvent infligées aux femmes détenues dans le Sinaï.

Lorsqu’elles ne peuvent pas payer la rançon exigée, il arrive aussi que les victimes de ces trafics fassent l’objet d’un trafic d’organes.

Certains ravisseurs n’hésitent pas à tuer et revendre les organes de leurs otages sur le marché noir.

Plus d’une centaine de migrants sont morts, depuis 2008, sous les balles des gardes-frontières égyptiens en tentant de passer en Israël depuis le Sinaï.

Depuis janvier 2012 et la nouvelle loi sur les infiltrations adoptée par le gouvernement israélien, toute personne qui pénètre sur le territoire israélien sans autorisation peut faire l’objet d’une peine de 3 ans d’emprisonnement sans jugement préalable. Cette loi s’applique autant aux migrants qu’aux demandeurs d’asile et aux réfugiés, adultes ou mineurs. En Egypte, du fait de l’absence de législation sur la durée de rétention administrative, les migrants en situation administrative irrégulière peuvent être maintenus pour une durée indéfinie.

Documents attachés

Informations bibliographiques

Date(s) de publication : 2013
Auteur(s) : David Lagarde
Source(s) : Croix-Rouge Belgique