Close the camps – L’externalisation de la politique migratoire européenne dans les Balkans : déléguer pour mieux enfermer
Contribuez !Carte des pays
AR EN ES FR 

L’externalisation de la politique migratoire européenne dans les Balkans : déléguer pour mieux enfermer

Traduire en : AR EN ES
Carte mise en ligne le 07/12/2015

Mot(s)-clef :,

Portfolio

  • Balkans : quand elargissement rime avec enfermement [FR] Balkans : quand elargissement rime avec enfermement [FR]

Commentaires

De 2006 à 2013, l’analyse de dix pays des Balkans (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Croatie, Kosovo, Macédoine, Monténégro, Roumanie, Serbie, Slovénie) révèle une multiplication par 2 du nombre de centres de détention d’étrangers, et par 4 de leur capacité d’accueil. Cet accroissement spectaculaire résulte d’une action coordonnée des institutions européennes visant à déléguer la gestion des migrants aux pays des Balkans.

Entre 2006 et 2013 le processus d’élargissement dans les Balkans progresse avec trois accessions au statut d’États-Membres, et deux à celui de pays candidats. Parallèlement, le nombre connu de lieux destinés à l’enfermement des migrants double : la mise en place de sites destinés à la détention d’étrangers dans les Balkans procède à la fois de conditionnalités dans le cadre des processus de préadhésion et d’opportunités de financements offertes par les programmes européens.

Dans les Balkans ces lieux sont entièrement gérés les différents ministères de l’Intérieur. Les euphémismes pour les qualifier sont un autre point commun. Pourtant, le fonctionnement de ces lieux s’apparente plus à de l’enfermement qu’à de l’accueil : souvent l’architecture du bâtiment correspond à un plan-type avec des espaces propres aux milieux carcéraux. Les fonctions convergent aussi : l’examen de la situation administrative en vue de l’autorisation d’accès au territoire, et/ou l’organisation de l’expulsion, le plus souvent vers le pays d’origine. Enfin, ces lieux sont souvent la scène de violations de droits fondamentaux, comme en témoignent les rapports du Comité européen pour la prévention de la torture du Conseil de l’Europe (CPT) ou les évènements, grèves de la faim ou émeutes, qui s’y produisent régulièrement.

 

Documents attachés

Informations bibliographiques

Date(s) de publication : 29/05/2015
Auteur(s) : Morgane Dujmovic
Source(s) : Migreurop